Toilette à  compost et agriculture Le samedi 19 février 2005.

Version
imprimable

Dans la même rubrique
Toilette à  compost : questions/réponses
Ce qu’il faut savoir pour gérer sa toilette à  compost
Le PNUD pour l’écoassainisement
La position des Nations Unies
La question sanitaire
Les conclusions des experts du programme EcoSanRes
Toilette à  compost et agriculture
Le problème du phosphore
La nécessité de recycler le phosphore à  l’échelle mondiale
La gestion sanitaire de l’urine et des fèces
Commentaires d’un document EcoSanRes
Les toilettes à  compost, clé de l’assainissement mondial
L’écoassainissement au Forum Mondial de l’Eau de Kyoto

Ceci est la traduction depuis l’anglais des deux dernières pages (35 au total) du document suivant :

Recommandations pour l’usage de l’urine et des fèces en production agricole
Hakan Jà¶nsson, Anna Richert Stintzing, Bjorn Vinneras, Eva Salomon

Programme EcoSanRes, Stockholm Environment Institute
Téléchargeable sur www.ecosanres.org

Recommandations finales

Ces recommandations sont basées sur notre connaissance actuelle de l’usage de l’urine et des fèces en agriculture à  petite et grande échelle. Ces prochaines années nous attendons la collecte de beaucoup de données nouvelles sur la réutilisation des excréments en fertilisation. En conséquence, ces recommandations devraient àªtre remises à  jour dans un délai de trois ans.

Les excréments, recommandations générales

- Les excréments devraient àªtre manipulés en accord avec les recommandations d’hygiène (Schà¶nning et Stenstrà¶m 2004).
- L’urine et les fèces sont l’une et les autres des engrais complets de grande qualité, avec des niveaux faibles de contaminants tels les métaux lourds. Le meilleur effet fertilisant est obtenu en les utilisant en combinaison, mais pas nécessairement la màªme année au màªme endroit.

Urine

- L’urine est un engrais complet riche en azote et à  action rapide. Ses nutriments sont mieux valorisés si elle est appliquée en cours de culture, depuis juste avant le semis jusqu’aux deux tiers de la période semis-récolte.
- L’urine peut àªtre appliquée pure ou diluée. Cependant, la dose appliquée devrait toujours àªtre calculée à  partir de la quantité d’azote désirée. L’urine, ou son mélange avec l’eau, devrait àªtre manipulée dans des récipients fermés et incorporée rapidement au sol, pour limiter les pertes d’ammoniac. Un éventuel besoin d’eau d’irrigation supplémentaire devrait àªtre couvert avec de l’eau pure, non de l’urine diluée.
- Les quantités et périodes recommandées pour les fertilisants azotés chimiques (urée ou ammonium de préférence) sont le meilleur point de départ pour élaborer des recommandations locales sur les doses et périodes d’application pour l’urine. L’adaptation de ces recommandations à  l’urine peut se faire en estimant sa concentration en azote à  3-7 g/litre, à  défaut d’une connaissance plus précise.
- Si aucune recommandation ne peut àªtre obtenue, une règle grossière est d’appliquer l’urine collectée d’une personne pendant un jour (24 h) à  un mètre carré de culture. Si toute l’urine est collectée, elle suffit à  fertiliser 300-400 m2 par personne. Pour la plupart des cultures, la quantité appliquée pouvant entraà®ner un risque d’effet toxique est d’au moins quatre fois ce dosage.
- Pour la plupart des cultures et dans la plupart des circonstances, la récolte est la màªme pour la màªme quantité totale appliquée, que l’application soit faite en une seule grosse dose ou en plusieurs petites. Pour les cultures à  enracinement limité, il pourrait àªtre avantageux de fractionner l’application, spécialement si le besoin de la culture en nutriments est important, et si le prélèvement par la plante à  lieu surtout vers la fin de la saison de croissance.

Fèces

- Le matériau fécal est particulièrement riche en phosphore, potassium et matière organique.
- La matière organique mais aussi la cendre, souvent ajoutée aux fèces, accroissent le pH et le pouvoir tampon du sol, ce qui est particulièrement important pour les sols acides.
- La matière organique améliore aussi la structure et la capacité de rétention de l’eau du sol.
- Les fèces devraient àªtre appliquées et mélangées au sol avant le début de la culture. L’application localisée dans des trous ou sillons à  proximité de l’emplacement des plantes est une manière d’économiser ce bien précieux.
- Pour les fèces, les doses appliquées peuvent àªtre basées sur les recommandations concernant les engrais phosphatés. Ceci donne des taux faibles, et l’amélioration due à  la matière organique apportée est difficile à  distinguer. Cependant, les fèces sont souvent appliquées à  des doses beaucoup plus élevées, pour lesquelles la structure et la capacité de rétention en eau sont aussi notablement améliorées.

Lacunes dans la connaissance

Il y a beaucoup de lacunes dans la connaissance actuelle sur l’usage de l’urine et des fèces comme fertilisants. Le manque de recherches documentées dans ce domaine rend difficile l’élaboration de recommandations. Cependant, ces produits ont été utilisés en agriculture depuis les temps anciens, et il y a un vaste savoir non documenté sur ces pratiques. Des recherches sur l’usage de l’urine et des fèces comme fertilisants sont nécessaires, spécialement dans les domaines suivants :
- Effets nutritifs des excréments sur les cultures et le sol
- Stratégies de fertilisation et techniques d’application pour les excréments
- Efficacité du stockage de l’urine dans le sol
- Techniques d’assainissement des fèces à  la fois simples et sauvegardant bien la ressource

Application de ces recommandations aux conditions locales

Ces recommandations devraient àªtre adaptées aux conditions locales. Les systèmes agricoles varient, comme les pratiques humaines, d’un endroit à  l’autre. Comme point de départ, des données nationales sur le contenu en nutriments de l’urine et des fèces, ainsi que sur les quantités excrétées pendant une année peuvent àªtre établies par calcul selon la méthode décrite dans la section « contenu des excreta en macronutriments », complétée par les mesures adéquates.


Laisser un commentaire à cet article